Accueil » Culture » Sauvons les abeilles !

Sauvons les abeilles !

Sauvons les abeilles !

Sauvez les abeilles, piégez les Frelons* Asiatiques maintenant !

La Vespa Velutina est une espèce asiatique de frelon géant. Introduit en Europe, dans un biotope qui n’est pas le sien, l’espèce décime les abeilles de manière alarmante. Un problème de plus pour nos joyeuses butineuses. Il est pourtant possible d’enrayer ce massacre.
Qui a dit que la nature n’était qu’un paradis merveilleux où il fait bon vivre ? Nombreuses sont les espèces prédatrices programmées pour tuer. La Vespa Velutina en fait partie, avec sa cousine le frelon géant asiatique (en photographie). Ce « monstre de la nature » évolue naturellement en Chine, mais il fut importé par hasard en occident vers 2004.Selon les indices, la première reine européenne Vespa velutina se trouvait probablement à bord d’un chargement de poteries chinoises. De son climat similaire à certaines régions de Chine, la France va constituer une terre d’accueille idéale pour l’animal. La bête aurait colonisé 70% du pays en 10 ans. Le nombre de colonies est passé de 40 à 400 de 2011 à 2013. La propagation semble devenir incontrôlable.

Vespa-Mandarinia-le-frelon-géant-asiatique

Image Vespa Mandarinia, le frelon géant asiatique : PhotoMonde

Ce n’est pourtant pas le risque pour l’Homme qui constitue le plus gros problème. Le frelon asiatique trouve dans l’abeille une victime faible et idéale pour se nourrir. L’abeille se voit affublée, en plus de l’activité humaine, d’un ennemi mortel. En effet, la Vespa velutina est le Terminator des butineuses ainsi que des guêpes et autres pollinisateurs qu’elle croise. Un seul frelon pourrait éradiquer 300 abeilles en moins d’une heure. Quand ils chassent en bande, ils peuvent vider une ruche en moins d’une journée.

Pour tenter de rétablir un écosystème viable pour les abeilles, une chasse au frelon asiatique est organisée depuis quelques temps par diverses associations. Il existe 2 grosses approches :

1. L’approche scientifique

Des scientifiques ont découvert une larve parasite capable de tuer la reine d’un nid de frelons. Sans cette reine, les autres frelons trouvent la mort assez rapidement. Il est donc envisagé une « guerre biologique » où les larves serviraient de combattantes naturelles cherchant naturellement à se nourrir. Le parasite pénètre dans l’abdomen de la reine et se développe tel un « Alien » jusqu’à la mort de son hôte. Bon appétit. Éric Darrouzet, à l’origine du projet, modère cette solution. Il faudrait des années pour s’assurer que la larve en question ne parasite pas d’autres espèces…

Vespa-Mandarinia-le-frelon-géant-asiatique-photo-05

Image Vespa Mandarinia, le frelon géant asiatique : PhotoMonde

2. L’approche citoyenne

Il est désormais possible de piéger les frelons asiatiques. Mais il est impératif de le faire au printemps, précisément entre le 15 février et le 1er mai. Pourquoi ? Car la reine pondeuse est la clé. Mi-février, elle s’envole en quête de sucre, seule, vouée à elle même. Durant 45 jours, elle va tenter de bâtir un nouveau nid. Si elle n’est pas piégée à temps, 150 nouvelles reines s’envoleront pour créer leur propre nid. Un cycle inquiétant et proportionnel à la décimation des abeilles.

Face à l’immobilisme des pouvoirs, l’Association action anti-frelon asiatique souhaite créer un vaste mouvement national en France (et ailleurs) pour l’éradication de la créature dans nos contrées. Pour se faire, ils proposent, depuis 2015, un piège « maison » présenté comme 100% sélectif. A voir sur le terrain si cette assertion est réelle. La piste d’atterrissage et une « porte » de sortie permettraient aux autres espèces (dans la majorité des cas) de s’échapper. Le fond de la bouteille est à imprégner jusqu’à saturation de bière + miel ou cidre + sirop. La mousse est utile pour éviter la noyade aux petits insectes trop curieux. Une fois capturé, l’association conseille de congeler l’animal pour éviter les manipulations dangereuses.

Le site de l’association proposera dans les heures qui viennent une vidéo explicative. En attendant, il faudra se contenter de ces instructions visuelles. Notez que si vous croisez une ruche (large et ronde), contactez les autorités adéquates.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’AAAFA* donne également quelques conseils :

1 – installer le piège dès qu’il fait + de 13°Celsius;
2 – installer le piège près d’un tas de bois, d’un plan d’eau, ou / et dans des zones fleuries;
3 – installer le piège idéalement tous les jours entre 10h00 et 15h00, de façon à le vérifier, le recharger en appât et traiter les frelons asiatiques éventuellement capturés;
4 – retirer impérativement les pièges au 1er mai, les femelles fondatrices restent au nid dès la naissance des premières ouvrières nouvelle génération, et n’en ressortent plus;
5 – vous avez entre les mains un piège à femelles fondatrices de frelon asiatique vespa velutina, n’éliminez que cette espèce, Dame Nature vous le rendra ! (source)

Notons cependant que cette solution associative d’urgence reste critiquée par certains biologistes qui estiment qu’il faudrait développer un système de piège sélectif avec un appât phéromonal. Un tel système n’existe pas à ce jour et devrait être développé en laboratoire d’ici 2016.

Et si vous voulez faire plus pour les abeilles, (re)découvrez l’invention de ces deux apiculteurs : la ruche à robinet facile d’utilisation.


Sources : AAAFA / Europe1 / Jean-Jacques Valette

24 février 2015

In Mr Mondialisation

Pour rappel:

* Frelon: Vespa est un genre d’insectes sociaux, de la famille des Vespidae, sous-famille des Vespinae, communément appelés frelons. La majorité des espèces est originaire d’Asie; de nombreuses variétés ont été décrites. Pouvant atteindre 45 millimètres de longueur, les frelons sont les plus grands insectes eusociaux*. Les frelons se distinguent des autres vespidés par la largeur plus importante de leur vertex (partie de la tête derrière les yeux) et par leur gastre arrondi (la section de l’abdomen juste derrière la « taille de guêpe »). Selon une idée reçue, le frelon serait, parmi les hyménoptères, celui dont la piqûre est la plus dangereuse. Cette affirmation est le plus souvent fausse : une piqûre de frelon n’est généralement pas plus dangereuse qu’une piqûre de guêpe ou d’abeille. De plus, le frelon est assez pacifique et n’attaquerait qu’en dernier recours, surtout aux environs de son nid lorsqu’il sent celui-ci attaqué. Néanmoins la piqûre est particulièrement douloureuse à cause d’un taux plus important d’acétylcholine et certaines espèces non-européennes comme laVespa mandarinia japonica font toutefois bel et bien partie des insectes au venin le plus virulent et mortel .

Le nom vernaculaire en Algérie, du moins dans le Constantinois est « Bouzenzel »

* Eusociaux: L’eusocialité est un mode d’organisation sociale chez certains animaux qui fait qu’un même groupe d’individus vivant ensemble est divisé en castes d’individus fertiles et non fertiles. Les individus fertiles sont chargés de la reproduction tandis que les autres s’occupent de les nourrir et de les protéger, accordant ainsi aux petits plus nombreux une plus grande chance de survie. À long terme, le fait que tout individu du groupe travaille pour la colonie et non pour lui-même engendre un superorganisme, par exemple, une fourmilière.

* AAAFA: Association Action Anti Frelon Asiatique. L’AAAFA est une association créée en 2009 destinée à recueillir toutes les informations possibles sur le Frelon Asiatique, son invasion, les dégâts qu’il crée, la position des nids découverts, etc. afin d’informer la population. Elle propose également un service d’éradication des nids de frelons qui lui sont signalés, gratuitement ou contre une adhésion à l’association. La cotisation est suffisamment basse pour que cette offre soit attractive. Enfin, elle cherche des méthodes de piégeage efficaces pour les distribuer à la population afin de circonscrire l’invasion. L’association comprend désormais environ 500 cotisants, la plupart l’ayant intégrée suite à la destruction d’un nid situé dans leur propriété. AAAFA cherche aussi à interpeller les pouvoirs publics afin qu’ils remplissent ce qu’elle estime comme étant leur devoir de protéger les populations – ou tout au moins les apiculteurs – contre la menace du Frelon.

L’association dispose d’une vitrine sur Internet à travers le blog de Jean-Paul Cros, son président. C’est par ce moyen que nous avons pu contacter ce dernier qui nous a permis de réaliser un entretien téléphonique.

Med-Chérif Boulebier

Tags :

À propos Med-Chérif Boulebier

Enseignant-chercheur. Département de Biologie et Ecologie. Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie. Université Mentouri Constantine.

4 Coms

  1. Est ce que le piege biologiste a ere créé . Sept 2017 ?
    Ce serait bien que les mairies lancent des ateliers anti frelons ! Chacun realiseraient son piege et revient chez lui avec le piege.

  2. j’ai suivi les conseils et posé 2 pièges dans mon jardin. en moins d’une journée chaque bouteille avait plusieurs reines frelons. L’une d’elle était impréssionnante de longueur !
    si cela peut contribuer à sauver les abeilles, alors je suis pour éradiquer les frelons.

Leave a Reply

Votre adresse mail ne va pas être publiée. Required fields are marked *

*

Revenir en haut