Accueil » Sciences & Technologies » Informatique: Peu d’informaticiens et sauve qui peut ( partie 1 )

Informatique: Peu d’informaticiens et sauve qui peut ( partie 1 )

Informatique: Peu d’informaticiens et sauve qui peut ( partie 1 )

Avant d’entamer le vif du sujet, je tiens tout d’abord à me présenter : Je m’appelle Meribout Mohamed Elhadi surnommé Méré, jeune diplômé en informatique titulaire d’ un Master 2 spécialité : Système d’Information et Technologie Web délivré par l’Université Constantine 2.
Je m’adresse à tous les nouveaux bacheliers qui ont choisi MI comme spécialité, probablement pour le but de décrocher le titre « informaticien »qui est devenu l’un des jobs les plus respectés dans une population considérée parmi les sous-développées au monde dans ce domaine même.

Voici les questions fréquentes qu’un postulant devrait se poser :
1- Est-ce que je peux fabriquer un ordinateur à la fin de ma formation ???
REP : Vous êtes en Algérie mon grand ne rêvez pas trop.
2- Est-ce qu’en suivant le système LMD, je serai docteur et j’aurai un très bon salaire ??
REP : Oui c’était avant, mais maintenant dés que vous aurez terminé vos études et obtenu votre Master, prenez vos bagages et dites à vos deux ou trois camarades (souvent les enfants de vos propres enseignants) bonne chance et bonne continuation les gars.
3- Qu’est ce que je vais faire en étant un titulaire d’un diplôme en informatique ??
REP : Tout dépend de vos compétences.
4- Comment ça ?? je vais suivre une formation soutenue par des professeurs en informatique pendant 5 ans, donc obligatoirement j’aurai un très bon niveau ??
REP : Si vous arrivez à formater votre Pc et à utiliser quelques technologies sur le Web, je vous assure que vous êtes mieux que 75% de ces professeurs.
5- Wow qu’est ce que je vais étudier dans les prochains 5 ans alors???
REP : Juste des conneries, des technologies abandonnées, et quelques théories que seuls vos enseignants peuvent comprendre.
6- Non attendez Mr Meribout , moi je suis à Alger exactement à USTHB !! éhh moi aussi je vais étudier au département d’informatique de l’université Constantine 2 ici le niveau est excellent non ??!!!
REP : Peu importe l’adresse de votre Université, Alger, Constantine, Annaba, Sétif, Tlemcen ect… partout vous aurez le même sort.
7- Oh , on m’a dit qu’à l’université les profs offrent les points aux étudiants privilégiés, surtout dans le département d’informatique !!! qui sont ces derniers ??
REP : J’ai oublié de vous dire que l’université est l’autre synonyme du service national, si les temps sont durs alors vous devez l’être aussi.
8- Je ne me retrouve plus , comment je vais faire ?? j’ai besoin des repères ; j’ai peur de me perdre après avoir choisi cette formation !!
REP : Ne vous inquiétez pas, je vais vous donner tout ce que j’ai pu récolter durant mes pauvres 5 années.

Suivez la 2eme partie prochainement…..

Tags :

À propos Meribout Elhadi

Jeune blogueur & développeur Web , passionné par le Web et les nouvelles technologies

44 Coms

  1. Hamdoulah qu’on veut enfin opter pour un changement, dommage que ça se limite qu’a quelques éléments seulement. Car le reste ne voient pas pourquoi il faut plus, car ils sont ignorant, pas d’ambitions, ni de but a long terme. La plupart ne savent même pas pourquoi se réveiller le matin pour aller étudier, mais le font parce que pour eux un diplôme universitaire est une sécurité qui leur permettra d’avoir un job de 8a5 et un salaire qui assurera une vie  » décente  » pour sa futur femme et enfants, quoi que décente est un plus gros mot. On n’ose pas ici, on cherche pas l’excellent pour nous mêmes, on est ignorant et notre gouvernement n’as pas failli a nous garder ainsi en investissant dans le tangible et le quantitatif que l’humain, morale, matière grise et la qualité de celle ci.

    Moi je pense que le problème de l’université est juste une partie du puzzle d’un plus gros problème qui réside dans l’identité du peuple Algérien. Au départ, on n’as aucune philosophie de vie, on n’aspire a rien, on est féneant, parmi nos activités favorites, Diminou wel carta, … Je crois qu’on as pas d’ambition pour faire ou avoir plus, Tant pour les étudiants que pour les professeurs, On n’as pas d’ambitions parce qu’on ne sait pas ce que c’est. On n’est pas ouvert au monde, la plupart ne sont jamais sorti de leur quartier pour se comparer et ainsi se situer dans le monde et réaliser qu’on est les cancres de la classe des cancres du monde. Si on arrive a réaliser le problème, on pourra un jour commencer a penser a une solution mais tant qu’on croit que tout vas bien, c’est impossible de changer parce qu’il n y a aucune raison de changer, parce qu’il n y a aucun problème dans ce cas ?!!!

    Moi je dis, malheur a celui qui n’as aucune philosophie de vie, qui ne sait pas pourquoi il se réveille tous les jours le matin pour faire des efforts la journée et revenir le soir. Malheureusement, je dois dire aussi, Malheureux celui qui as une philosophie de vie ici en Algérie, car c’est un sage dans un pays de fou. sauf que la majorité fait la réalité.

    Je crois que c’est ton combat, c’est notre combat, et que chacun change le monde … le monde qui l’entoure, a sa façon du mieux qu’il peut. Le plus difficile c’est de changer les mentalités, parce que c’est facile de batir un gratte ciel, relativement quand on parle de changement de mentalité de tout un peuple.

  2. Med-Chérif Boulebier

    Un peu dur, quand même, avec vos profs ya Si Méri…N’oubliez surtout pas de parler de ceux qui vous ont aidés à aller toujours de l’avant, et n’ont pas cessé de vous encourager à sortir de l’internat de la Fac. Ils ou elles ne sont pas très nombreux ou nombreuses; mais cela mérite qu’on en parle, quand même, ainsi vos conseils ou vos jugements seront des plus crédibles. J’ai bien aimé quand même votre initiative. Continuez !

  3. J’ai bien aimé le fait que t’as pas généraliser pour tous les profs, et je te félicite pour l’article en gros, je veux ajouter que on peut changer ça, peut être que notre génération n’as pas pu le faire, mais sa viendra 😉

    Et puis même en france, belgique, USA, … une faculté des sciences de l’informatique n’ a pas de spécialité pour fabriqué un ordinateur 😉

    Bonne continuation

    • Le changement est but principal de cette série d’articles , on donne ce qu’on a vécu , ce qu’on a vu , ce qu’on a gagné et ce qu’on a perdu … pour donner en quelque sorte une vision préliminaire aux étudiants qui viennent de dire bonjour à cette nouvelle expérience universitaire peut être ils vont être les révolutionnaires de ce changement souhaité.

  4. Les étudiant sont responsables a 90% de leur sort. Nous sommes devenus un peuple féneant qui veut réussir sans se bouger. Pour le niveau des étudiants il y a de trés bons informaticiens en Algérie. Pour la plupart les informaticiens qui réussissent sont ceux qui sortent du piège du système universitaire basé sur les notes gonflés, l’apprentissage par cœur des sujets, la chitta au profs ….

    Donc en résumé : Si vous voulez réussir en informatique ou dans un autre domaine il faut bosser dur et ne pas écouter ce genre de théorie défaitistes qui ne servent a rien que de trouver des excuses aux ratés.

    Salam

  5. Il y a un peu de vrai dans ça, un peu d’exagération mais aussi du manque de recu du fait de l’âge de l’auteur.

    Sinon pour ma part je pense que les étudiants sont aussi responsables de leur sort que les profs qui leur enseignent ou l’administration qui les gère. Tout le monde est un peu responsable au fond. Un étudiant est majeur et vacciné, s’il se contente de ce qu’on lui donne en cours (ce qui, soit dit en passant, serait débile même s’il était a Harvard) alors c’est juste un « kabch » et dans ce cas yast’hall largement quand il trouve pas de boulot pour s’épanouir. Nos étudiants sont très féneants, leur vision de l’avenir se limite aux notes du semestre en cours et ils ne font, pour la plupart, rien pour changer leur sort, encore moins le système qu’ils critiquent tant.

    Si un étudiant est sérieux (et j’en connais quelques uns), il pourra « fabriquer un ordinateur » à la fin de la deuxième année s’il est motivé et s’il a accès à quelques composants de base. Il est vrai toutefois tout le monde ne peut pas se le permettre. Par contre, tout le monde peut coder chez soi, participer à des projets communautaires ou simplement avoir un minimum de curiosité intellectuelle pour lire des classiques de l’informatique. Chose que la plupart ne fait pas mais la plupart se plaint par contre. Quand un étudiant devient un apprenant actif et que sont temps devant un PC ne se limite plus à Facebook ou à Youtube, il se rend compte que les choses apprises en cours ne sont pas suffisantes certes mais qu’elles constituent déjà un socle sur lequel batir et une bonne structuration des connaissances et surtout, elles servent à comprendre les principes sous-jacents de l’informatique. Aussi, les informaticiens devraient être ceux qui se plaigent le moins car ils sont ceux qui ont accès le plus à la documentation gratuite en ligne. Quand un cours est mal enseigné, il suffit souvent d’en prendre le programme et de puiser dans un bouquin ou deux pour bien gober le truc (paradoxalement, assister au cours en devient parfois intéressant).

    Enfin, j’ai remarqué que nous avions un vrai problème avec les choses théoriques. Je pense que ça vient de notre système éducatif calamiteux. Conséquences, nous manquons de rigueur, d’esprit d’analyse, pire, nous négligeons le côté théorie. L’informatique n’existerait pas sans sa théorie qui vient largement des maths (et historiquement d’autres domaines comme le traitement de signal ou l’électroninque). Bref, nous avons un vrai problème culturel avec la rigueur, wa Allah a3lam.

    Allah iwaffaqna.

    Je précise que je me sens intégralement faisant parti de ce système, de ses victimes et soufrant des lacunes que j’ai mentionné plus haut. Je ne suis pas différent malheureusement. J’en suis peut être plus conscient du fait que j’ai eu la chance d’être en contact avec des alternatives ailleurs.

    La solution? Commencer par soi. Se prendre en main. Vu le niveau moyen des étudiants actuel, c’est assez facile de se démarquer et donc de trouver du travail assez facilement.

    • (suite)

      Le reste doit venir d’une réforme du système universitaire mais ça concerne principalement les enseignants-chercheurs… et c’est surtout une autre discussion.

    • Croyez moi , le problème major ne se résume pas seulement sur l’ignorance qui frappe nos étudiants par leurs propres enseignants , mais plutôt sur la mentalité de ces derniers. C’est quoi la définition d’un enseignant universitaire Algérien ???? C’est un homme qui a vécu pendant toute sa carrière dans un endroit académique fermé , il a très peu d’expériences sur le monde de travail à l’extérieur et comme ça il ne peut pas être un modèle pour un petit jeune de 19 ans que je le considère comme une feuille blanche flottante qui n’a pas encore trouvé la bonne voie.

  6. Good job mr MERIBOUT
    I think that the problem knowledge is an important part of solution ,so we are interested to solve this problem for make life better 😉
    rana nsenaw fl part 2
    .
    .
    .

  7. Très bien dit j’espère de voire qlq remarque apropos de l école national

    • J’essaye le maximum de ne pas se focaliser sur un seul lieu pour une raison ou une autre , mais croyez moi c’est partout pareil sauf quelques différences. Merci Tapho

  8. Salam;

    Rien n’empêche d’étudier en // et de monter en compétence tout seul, les moyens du bords existent (internet)
    Ceci dis le diplôme d’ingénieur ou Master est plus qu’important pour mettre un pied dans le monde du travail
    un peu de volonté et tout ira bien, la technologie est a la portée de tout le monde 🙂

    ingénieur USTHB.

    • Oui vous avez raison mais ce que j’ajoute à votre intervention c’est que l’étudiant doit prendre l’université pour un Framework ( Cadre de travail ) et le monde professionnel pour un ensemble de Plugins. Je ne sais pas si vous avez bien compris mon exemple mais bon … l’essentiel ce que je voulais vous faire comprendre c’est que le Web est vraiment doué de savoir mais sans un établissement académique on ne pourra jamais avoir un ingénieur de maîtrise.

  9. Je pense que tu as tout dis ! et même que tu as un peu minimiser les choses 😉 !
    Triste réalité

  10. S@lam,
    J’ai un master en Intellegence Artificiel USTHB-2011, et je confirme tous ce que tu as dit khouya Meri 😉

    • Et moi je confirme que malgré tout , tu as toujours été intelligent et la preuve se résume sur ton style de travail , vrai pro bro …

  11. très bon article méré ! hâte de lire la deuxième partie ! tu as étais un peu trop ferme avec nos jeunes bacheliers lol ! surtout toi qu’on peu considéré l’un de nos plus talentueux ! alors tu dois leur donné le secret car j’aurais bien aimé m’en rendre compte avant mes 5 ans d’hibernation le pire c’est que c’est notre propre choix ! n’ayant pas vue de vrais exemple comme vous avant nous qui nous permettent de voir ce que offre réellement ce qu’on peut considéré comme un beau métier !

    • Merci Nezha , hhh tu m’as fait rougir … pour ne pas tourner la veste face aux règles de confidentialité de notre Blog , je te dis que dans les prochains articles qui suivent celui là !! y a une partie consacrée complètement aux jeunes femmes informaticiennes , je t’invite à ne pas la rater … surtout pas 😉

  12. J’aurais dis « Excellente vision » si tu as évoqué quelques bons cotés de la formation universitaire Algérienne. Parce que remettre en cause tout un système c’est devenu facile et n’importe qui peut adhérer ça fait presque partie des mœurs Algérienne, mais éduquer le nouvel, étudiant sur un système LMD avec un accès ALL- INCLUSIF: Transport, déjeuné, PC, diplôme reconnu inclut, certes plein de failles aussi mais en étant sérieux rigoureux et avide de savoir n’importe qui peut être une lumière comme toi par exemple méré! Enfin je dis ça en étant un naufragé du système LMD, je ne me suis repris qu’au Master.

    • Tu as fait l’exception très tôt quand tu as décidé de se retirer de ce système et de choisir la vie active malgré ton jeune age. Mais à la fin je vois que t’avais raison , car le diplôme n’est qu’une feuille qui ne sert qu’à deux choses : soit travailler chez l’état comme un esclave et avoir une vie stable sans surprises , soit mettre le grand dossier chez le CCF et attendre ce que le futur te réserve là bas. Merci Hakim

  13. Merci meri de cette révélation.

  14. Félicitations mon fréro …..
    Excellent article …. Bonne continuation

  15. C’est un bon article , Mais Je ne suis pas d’accord avec Tout ce que tu dis

  16. Je ne suis pas un étudiant en informatique, mais j’ai une idée sur ce domaine et étant ami avec plusieurs « informaticiens » je confirme que c’est exacte et c’est la même chose avec toutes les autres spécialités.

    J’essaye comme d’aider les nouveaux bacheliers et je focalise sur le point 3, c’est votre seul chemin pour réussir.

    • Oui Walid , à notre époque on posait les mêmes problématiques mais y avait personne à nous répondre !!! c’est pour ça je ne veux pas que notre belote retourne son rebelote sur les prochaines promos de nos petits frères et sœurs.

  17. hhhh y a que méré pour pondre des trucs pareil , ta réussi a me faire rire 🙂

  18. Excellent article .. j’attends la deuxième partie

  19. Tout à fait d’accord avec ce que tu viens de dire mon ami 😉

  20. j’aime,je vis et je partage

Leave a Reply

Votre adresse mail ne va pas être publiée. Required fields are marked *

*

Revenir en haut