Accueil » Actualité » Azzouz Benyahia: Vous connaissiez ?

Azzouz Benyahia: Vous connaissiez ?

Azzouz Benyahia: Vous connaissiez ?

Azzouz Benyahia: Nous étions deux amis….

Afin que nul n’oublie Ould Rebaïne Chérif ! 
Afin que l’idéal, pour lequel, il est tombé en martyr, sous les balles assassines, d’une horde de sauvages sans foi ni loi, soit gravé à jamais dans l’esprit de tout Algérien épris de liberté et de démocratie….

Paix à ton âme mon ami et frère !

Med-Chérif Boulebier

HOMMAGE: Il y a 19 ans tombait le Dr Azzouz Benyahia
Le devoir de mémoire nous interpelle en cette journée du 27 juillet, triste date pour beaucoup, notamment les Constantinois ayant connu le docteur Abdelaziz Benyahia, dit Azzouz, médecin des pauvres, populaire et célèbre pour son humanisme, sa générosité et son intégrité. Triste date pour sa famille et ses deux enfants, Nazim et Hikmet, et pour son parti le RCD, ainsi que la grande famille des démocrates. Azzouz avait à peine 45 ans.
Après une carrière dévouée au secteur public en tant que médecin et enseignant au CHU de Constantine, il installa son cabinet de physiologie dans la maison familiale, rue des Cousins Boufenara, ex-Verdun.

Ce jour-là, un dimanche de l’été 1997, il était au téléphone avec une cousine pharmacienne quand ils sont entrés… Trois jeunes fanatiques, qui ne l’ont jamais connu, venaient exécuter un verdict du GIA.

Sans lui laisser la moindre chance, les terroristes tirèrent trois balles silencieuses dans la tête et le thorax avant de prendre la fuite,comme des lâches, par la descente qui mène à un enchevêtrement de quartiers populeux et anarchiques. Le médecin a été assassiné.La nouvelle brutale, rappelant le meurtre des professeurs Boucebsi et Belkhenchir, fait le tour de la ville et choque.
Azzouz n’était pas la première victime du terrorisme islamiste à Constantine. Avant lui d’autres personnalités de la ville, comme le syndicaliste Abderrahmane Belazhar, l’opticien Noureddine Naït du MSP et Abdeldjalil Bourouis d’Ennahda et de nombreux militants de gauche du Tahaddi avaient été assassinés à Constantine. Lui, avait été ciblé en plus, pour s’être porté candidat aux législatives sur la liste RCD et pour avoir mené campagne, raconte son frère Ahmed, y compris dans des quartiers comme El Gammas et Benchergui, à l’époque connus pour être des fiefs islamistes.

Son enterrement draina une foule immense et des personnalités politiques, comme Yahia Guidoum, Abdelhamid Aberkane et Saïd Sadi. Il fut enterré en martyr de la démocratie,à la hauteur du respect et de l’amour que lui devaient sa ville et son pays.

Azzouz, un peu fâché avec le goût du confort et les choses matérielles, s’inquiétait beaucoup pour son pays et n’avait de cesse d’interroger les autres, les bousculant sur les questions de l’avenir de l’Algérie. Il se savait menacé mais refusait d’abandonner sa ville ou quitter le pays. Un jour, en réponse à son père qui avait peur pour lui et l’invitait à partir sous d’autres cieux, il répondit : «Si je pars, si nous partons tous, qui construira ce pays ?» A lui seul, il était le raccourci de la citoyenneté agissante, surtout positivement, écrivait Boubakeur Hamidechi.

Les auteurs du crime ignoble avaient utilisé une arme prise à un policier assassiné quelques jours auparavant au quartier Ciloc. Le groupe était mené par l’émir Abdelhak Harbi.

Ce dernier fut éliminé quelques jours plus tard à Constantine et son successeur ne tiendra pas un mois avant de tomber lui aussi. C’étaient les derniers jours du GIA et du terrorisme à Constantine. Les traces restent cependant indélébiles chez les familles inconsolables et dans la ville pour qui ses cadres ayant payé de leur vie leur engagement pour une Algérie libre et progressiste, ses enfants parmi les meilleurs, demeurent irremplaçables.

Nouri Nesrouche

Le 27 juillet 2016

In El Watan pdf

Tags :

À propos Med-Chérif Boulebier

Enseignant-chercheur. Département de Biologie et Ecologie. Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie. Université Mentouri Constantine.

Leave a Reply

Votre adresse mail ne va pas être publiée. Required fields are marked *

*

Revenir en haut